EKZ
| Articles | 09.05.2018

Que choisir : l’hybride plug-in ou le véhicule purement électrique ?

Les maisons de production automobiles montrent un grand intérêt pour les hybrides rechargeable (PHEV). De toute évidence leurs émissions dépendent de combien les voitures sont conduites en mode électrique (Charge Depletion, CD) et combien avec le moteur à combustion interne (Charge Sustaining, CS): finalement les émissions dépendent du comportement du conducteur.

Pour résoudre le problème, le législateur a établi avec le règlement R101 de l’Union Européenne (https://www.unece.org/?id=39146), que consommations et émissions se mesurent en déchargeant les batteries et en parcourant encore une distance de 25 km en mode CS.

Le R101 attribue par exemple au BMW 330e, qui dans le cycle européen (NEDC) déclare 39 km d’autonomie électrique, un usage électrique pour 61% des km parcourus. Etant donné que ses émissions NEDC sont de 44g et qu’à partir de 2019 tout gramme au km de CO2 excédant les 95 sera sanctionné avec 142.50 CHF, on peut dire que tout 330e vendu a pour BMW une valeur de CHF 7’267.50 (95-44=51x142.50), sous forme de sanctions évitées ou de bonus à utiliser pour compenser les sanctions que paieraient les autos à émissions majeures vendues.

Peut-on alors dire que les PHEVs sont une bonne affaire aussi pour la société dans son ensemble?
En premier lieu il faudrait au moins tenir compte des émissions well-to-wheel (WtW, voir www.optiresource.org) c’est-à-dire de celles qui sont générées lors de la production de combustible/électricité.
Donc aux 44 g CO2/km devraient s’ajouter encore 25g (voir http://www.verbrauchskatalog.ch) c’est-à-dire, après conversion, un cadeau de CHF 3'562.5 (25x142.50), juste parce que la législation n’a pas une approche WtW (le lecteur peut déduire par lui-même l’entité du soi-disant cadeau dans les nations dans lesquelles l’électricité est moins propre qu’en Suisse). Un cadeau ultérieur provient du fait qu’en mesurant l’autonomie électrique sur le cycle européen peu réaliste NEDC, on surestime l’usage en mode CD en sous-estimant donc les émissions.

Avec un cycle plus réaliste (voir https://www.fueleconomy.gov/feg/Find.do?action=sbs&id=39407), l’autonomie électrique du 330e est de 23km: il suffit de parcourir 50 km par jour sans recharge intermédiaire pour avoir un usage réel en mode CD nettement inférieur à celui prévu par le R101, avec des conséquences sur les émissions facilement imaginables.

Dans une perspective de la société les PHEVs ont un sens seulement si utilisées presque exclusivement (100%) en mode électrique, mais alors se pose la question: pourquoi ne pas passer directement à un véhicule purement électrique?

Commentaire

* Information exigée
1000
image captcha
Powered by Commentics

Commentaires fr (1), it (4), de (16)

Classer par
 
0/5 (0)
 
 
Gravatar
Nouveau
David
Gravatar
1
Nov. 2021
First Poster
David (Vaud, Switzerland) dit…

Pour répondre à la dernière question c'est plutôt facile !

dans le cadre d'une entreprise, les limitations liées au chargement du véhicule, les problèmes d'autonomie, d'infrastructure de recharge et de typologie de véhicule pose un problème.

D'autre part, le réseau de station de service garantit à l'usager de rejoindre sa destination, alors que les problèmes de recharge peut encore poser un problème notamment le roaming, les emplacements de recharge potentiellement occupées à destination.

D'autre part, je pense que passer par un PHEV pour l'utilisateur peut être un premier pas vers le véhicule avec une seule énergie électrique, car beaucoup ont des a-priori sur l'électrification des véhicule. Il a aussi à prendre en compte le problème des locataires sur des parkings collectifs qui peuvent avoir des difficultés à avoir une installation de recharge à domicile.

 
Page 1 de 1
 
 
 
SIEMENS
EM
EVTEC
Helion
The Mobility House
swisscharge.ch
TCS
Donnez une dimension supplémentaire à votre marque, découvrez notre offre promotionelle